9 Fév 2024
Les lettres d'Eléonore
Les lettres d'Eléonore

Mais qu'est-ce que c'est que cette liasse de lettres manuscrites, truffées de fautes d'orthographe et toutes ornées de cachets de cire avec leur ruban de soie colorée ?

Quel trésor avons-nous là ? Imaginez, mesdames et messieurs, une collection de 43 lettres manuscrites, rien que ça ! Et pas n'importe quelles lettres, puisqu'il s'agit de la correspondance adressée à son père par une figure de la haute noblesse française du Nord de la France, la Maréchale d'Hocquincourt en personne !

Qui était au juste cette Maréchale d'Hocquincourt ? Eh bien, mes amis, je vous présente Éléonore d'Estampes de Valençay, une femme au destin fascinant. Fille de Jacques d'Estampes, seigneur de Valençay et d'Happlaincourt, gouverneur de Calais, elle épousa en 1628 Charles de Monchy, marquis d'Hocquincourt, maréchal de France et gouverneur général de Péronne, Montdidier et Roye. Voilà un mariage caractéristique des grandes unions de cette époque, qui associaient traditionnellement deux grandes familles aristocratiques aux intérêts convergents.

Ces lettres adressées à son père par Éléonore, avant et après son mariage, nous invitent à côtoyer son univers pendant près de vingt ans. On y découvre une jeune fille pleine de candeur et d'obéissance enfantine, résidant à Boran-sur-Oise. Puis, au fil des missives, on voit Éléonore grandir et aborder des sujets plus sérieux, notamment lorsqu'elle réside à Plainville ou à Paris. Elle nous parle des rumeurs politiques qu’elle entend, des mouvements de troupes qu’elle observe, des visites qu'elle reçoit, des conflits avec son mari qui abuse de sa dot (quelle horreur !)…

Ah, les joies du mariage !

Mais Éléonore ne se contente pas de colporter auprès de son père les rumeurs politiques ou d'évoquer ses difficultés conjugales… Elle transmet également au patriarche des nouvelles de sa famille, en particulier des femmes qui la composaient. Sa mère Louise Blondel de Joigny, sa "mère de vie" (appellation qui désigne sans doute sa nourrice), sa sœur Charlotte, religieuse puis abbesse, sa tante ou les amies de la famille, etc. Et elle lui rapporte également les renseignements qui pourraient lui servir dans la direction de ses affaires. On sent l'importance du rôle qu'elle joue auprès de sa famille. Et, mariée ou non, c’est invariablement de son patronyme de jeune fille (« E. d’Estampes ») qu’elle signera ses missives à son père, qui les annotera, lui, au fur et à mesure de leur réception, en indiquant après son mariage son nom d’épouse : « Ma fille d’Hocquincourt ».

Histoire de ne pas s’emmêler les pinceaux.

On peut le dire : la vie d'Éléonore n'a pas été un long fleuve tranquille. Elle fut mère de huit enfants, parmi lesquels… sept garçons ! dont plusieurs suivirent les traces de leur père et de leur grand-père dans la carrière des armes. Et figurez-vous qu’un beau jour son mari décida (pour plaire à d'autres femmes, dit-on) de trahir la cour du Roi de France et de rejoindre les Espagnols en 1655… Rien de moins ! Il finit par être tué en 1658 lors de la défense de Dunkerque pour le compte des Espagnols, qui tenaient alors la ville en leur possession. Éléonore devenue veuve eut également le malheur de voir mourir deux de ses fils au cours d’opérations militaires, en 1665 et 1675. Mais elle ne perdit pas courage et se lança en 1667 dans une action en justice contre les maisons de Nesle et de Montcavrel, pour réclamer une somme qui lui était due. Le Parlement rendit presque immédiatement un arrêt en sa faveur, mais la procédure semble avoir été relancée après sa mort en 1679…

Une véritable saga !

Mais revenons à nos lettres. Elles constituent non seulement un témoignage précieux sur la vie familiale et sur le rôle social des femmes de la haute noblesse française, mais elles sont également magnifiques à lire et… à regarder ! Les sceaux de cire, les témoins de soie colorée, le maniement de la langue française, le formalisme dont elles sont empreintes et le charme des formules qu’Éléonore y emploie pour exprimer ses sentiments… tout y est pour nous amener dans l'ambiance de l'époque. Et l’orthographe de ces missives, pour ainsi dire inexistante, ne reflète nullement une quelconque négligence de la part d'Éléonore mais plutôt son absence de formation académique. C'était encore le cas à son époque pour nombre de femmes, quel que soit leur rang et quelle que soit leur condition. Cela n'en rend que plus émouvantes ces lignes écrites à son père dans la plus grande ignorance des règles « aurtaugrafiques » (ce qui ne manque pas de lui attirer le courroux de son paternel).

En conclusion, chères lectrices et chers lecteurs, cette collection de lettres de la Maréchale d'Hocquincourt est un véritable trésor historique. Elles nous permettent de plonger dans l'intimité d'une famille de grands seigneurs de la guerre français au 17e siècle, et de lever le voile sur certaines réalités de la vie des femmes au sein de la noblesse d'épée de cette époque.

Si vous aimez vous lancer la tête la première dans des documents qui vous transportent plusieurs siècles en arrière, au risque d'avoir du mal à en revenir, Éléonore d'Estampes de Valençay n'attend que vous… N’hésitez pas à lui écrire, nous transmettrons !
posté par  Cecilie à  11:26 | permalink | commentaires [0]



14 Sep 2018
“Cher lecteur, Dieu te garde des mauvais livres...”
En hommage au maître satiriste et virtuose du langage Francisco de Quevedo Villegas, né le 14 septembre 1580, nous vous présentons un exemplaire d’une très rare édition sévillane de ses célèbres "Sueños y Discursos", recueil de fantasmes misanthropes sur la mort et les enfers. Publiés pour la première fois à Barcelone en 1627, cette version légèrement expurgée fut éditée par un ami de l'auteur, avec son accord, et publiée avec un titre alternatif afin d'échapper à la censure.

Estimado lector, que Dios lo proteja de los libros malos, la policía y las mujeres regañonas, con la cara lívida y el cabello rubio.


posté par  Benjamin à  16:14 | permalink | commentaires [1]



27 Jui 2018
Sur les barricades des Trois Glorieuses
Après la prise de la Bastille, nous ne résistons pas au plaisir de vous présenter cette suite de lithographies représentant les barricades de la Révolution de Juillet 1830 ! Cette vision épique est celle du peintre Hyppolite Bellangé (1800-1866), spécialiste des scènes de batailles, auteurs de célèbres tableaux de l'épopée napoléonienne !

posté par  Benjamin à  16:10 | permalink | commentaires [0]



20 Jui 2018
Libri Medullitus Delectant
Il y a un peu plus de sept siècles aujourd’hui naissait le grand Pétrarque !
En hommage au père de la culture humaniste, nous vous proposons de découvrir cette rare et belle édition vénitienne (Il Petrarcha, Venegia, Bernardino Bindoni Milanese, 1543), illustrée d’un portrait du maitre et de 6 figures sur bois et vêtue de sa reliure de l’époque !

"[L]ibri medullitus delectant, colloquuntur, consulunt et viva quadam nobis atque arguta familiaritate iunguntur, neque solum se se lectoribus quisque suis insinuat, sed et aliorum nomen ingerit et alter alterius desiderium facit. » (Epistolae de Rebus Familiaribus, III, 18)



posté par  Benjamin à  12:30 | permalink | commentaires [0]



13 Jui 2018
Les premiers mois de la Révolution Française, par Nicolas de Basseville
En cette veille de 14 juillet, nous vous proposons de découvrir une chronique détaillée des événements et des débats qui suivirent la création de l'Assemblée Nationale, jusqu'en septembre 1789: “Mémoires historiques, critiques et politiques de la Révolution de France avec toutes les opérations de l'Assemblée Nationale” (Paris, chez l'Auteur, Bleuet, et Potier de Lille, 1790).
Son auteur, Nicolas de Basseville (1753-1793) fut éditeur au Mercure National puis diplomate en poste en Italie; il mourut à Rome en martyr de la République, lynché par une foule dressée par le clergé contre les symboles de la Révolution Française !

Un bel exemplaire dans une jolie reliure de l’époque, notamment illustré d’une gravure de la prise de la Bastille!


posté par  Benjamin à  16:18 | permalink | commentaires [0]



29 Jui 2018
L'Opera Geographico-Astronomica de Wurzelbau
En été, quoi de plus agréable qu’une nuit passée en campagne à observer les étoiles ? Pour fêter l’arrivée de la saison préférée des astronomes amateurs, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir les œuvres d’un amateur tellement passionné et appliqué qu’un cratère de la Lune porte aujourd’hui son nom : Johann Philipp von Wurzelbau (1651-1725) !

A vos télescopes !



posté par  Benjamin à  17:00 | permalink | commentaires [0]



22 Jui 2018
Les emblèmes d'Otto van Veen imprimés par Anna Margaretha Blanckaert
En hommage aux nombreuses femmes-imprimeurs pionnières dont l’identité fut souvent réduite à celle de « femme de » ou « veuve de l’imprimeur », et à l’occasion demain de la Journée internationale des Veuves, nous vous proposons de découvrir cette très belle édition sur grand papier du fameux livre d'emblèmes du peintre flamand Otto van Veen, imprimé par Anna Margaretha Blanckaert (1670-1750), veuve de l’imprimeur Henri Verdussen. Ne figurant pas sur les pages de titre des ouvrages dont elle dirigea l’impression, le nom de cette grande femme-imprimeur est absent de la plupart des bibliographies…

Aussi, parce que nommer, c’est faire exister et parce que l’on ne nait pas veuve de, on le devient, voici son nom encore une fois : Anna Margaretha Blanckaert !


posté par  Benjamin à  16:07 | permalink | commentaires [0]



15 Jui 2018
Fourcroy et les Annales de Chimie (1789-1815)
Né le 15 juin 1755, le chimiste et conventionnel Antoine-François de Fourcroy fut en 1789 l’un des fondateurs des Annales de chimie, périodique fondamental dans l'éclosion des principes de la chimie moderne.

En son honneur, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir cette rarissime collection complète de la première série, en 50 volumes reliés à l’époque.

Un véritable monument !




posté par  Benjamin à  16:54 | permalink | commentaires [0]





Page 1 de 71 2 3 4 5 6 7


Visiter la librairie

- -

Contactez-nous

RECHERCHE
SONDAGE
Combien de livres anciens et rares possédez-vous?
Moins de 10
Entre 10 et 50
Entre 50 et 100
Entre 100 et 500
Entre 500 et 1000
Plus de 1000
CATÉGORIES
Portraits [ 3 ]  RSS ATOM
Séries [ 0 ]  RSS ATOM
    Cabinet de curiosités  [ 1RSS ATOM
    Grands Imprimeurs  [ 5RSS ATOM
    Manque à WorldCat  [ 1RSS ATOM
Trésors et babioles [ 51 ]  RSS ATOM


ARCHIVE

COMPTEUR
Visiteurs    908012
Utilisateur en ligne 61