D’Holbach à Madrid ou le retour d’Enigma Bibliographica !
Vous et moi savons bien que la Librairie Comellas est un lieu unique, mais il est vrai que nous ne sommes pas les premiers libraires dont le cœur est partagé entre les deux côtés des Pyrénées…

Pour preuve cet ouvrage publié en 1819 à l’initiative de l’un de nos prédécesseurs, lui aussi tombé amoureux de la péninsule ibérique: une rare édition en espagnol de "La Morale Universelle" du Baron d'Holbach, commanditée par Guillaume Denné, libraire parisien installé à Madrid au début du 19e siècle. Imprimée par le fameux typographe Jean-Baptiste Pinard à… Bordeaux, il s'agit de la contrefaçon d'une traduction initialement parue dans la capitale espagnole à la date de 1812.

Neveu d’un libraire parisien embastillé pour ses publications illégales, notre libraire s'était, lui, spécialisé dans l'importation d'ouvrages français censurés en Espagne. Bien évidemment, la diffusion de l’ouvrage ne fut pas chose facile: le traducteur lésé dénonça l’édition frauduleuse, qui fut condamnée à la destruction, et l'Inquisition espagnole surenchérit en mettant la traduction à l’Index !

On se gardera bien de faire l’apologie des activités frauduleuses du libraire français mais force est de lui reconnaître une belle passion des livres, qui ne connaissait pas plus les frontières que les lois en vigueur!

Les plus fidèles d’entre nos lecteurs se souviendront peut-être des "Enigma Bibliographica" que nous avons publiées il y a déjà bien longtemps, et que nous avons décidé de ressusciter pour vous signaler régulièrement sous la forme d’une "bouteille à la mer", les mystères sur lesquels nous butons parfois... Peut-être pouvez-vous les résoudre ?

En l’occurrence, la publication en Espagne du bréviaire matérialiste de d’Holbach n’a peut-être pas livré tous ses secrets : en effet, pourquoi le vénérable Palau ne fait-il aucune mention de la première édition datée de 1812 (qui est tout sauf rare), et pourquoi cite-t-il notre édition bordelaise comme la première traduction espagnole de ce texte ? Et d’ailleurs, si cette traduction était parue dès 1812, pourquoi faut-il attendre 1821 pour que l’Inquisition se penche sur cette traduction, et la condamne ?


Bibliophiles enquêteurs, savants bibliographes, érudits de tout poil, à vos claviers !








posté par  Benjamin à  16:54 | commentaires [0]


COMMENTAIRE DE L'ARTICLE
Visiter la librairie

- -

Contactez-nous

RECHERCHE
SONDAGE
Combien de livres anciens et rares possédez-vous?
Moins de 10
Entre 10 et 50
Entre 50 et 100
Entre 100 et 500
Entre 500 et 1000
Plus de 1000
CATÉGORIES
Actualité [ 51 ]  RSS ATOM
Portraits [ 3 ]  RSS ATOM
Séries [ 0 ]  RSS ATOM
    Cabinet de curiosités  [ 1RSS ATOM
    Grands Imprimeurs  [ 5RSS ATOM
    Manque à WorldCat  [ 1RSS ATOM


ARCHIVE

COMPTEUR
Visiteurs    809559
Utilisateur en ligne 40