Accueil

Contactez-nous


RECHERCHE

CATEGORIES
Actualité [ 15 ]  RSS ATOM
Portraits [ 3 ]  RSS ATOM
Séries [ 0 ]  RSS ATOM
    Grands Imprimeurs  [ 1RSS ATOM
    Manque à WorldCat  [ 1RSS ATOM

ARTICLES RÉCENTS
RSS ATOM

ARCHIVE
RSS ATOM  Archive complète
 

mois en cours

LATEST COMMENTS
Vous avez dit ?
par : LA BOETIE (E. de)
"Eloge de la Babiole"
par : SÉGUR (comtesse de)

17 Mar 2017
Rousseau chez un Irlandais de Montpellier
Vous et moi connaissons la légendaire hospitalité du peuple dont les représentants et les amis déambuleront aujourd’hui dans les rues de toutes les grandes villes du monde vêtus de vert pour l’occasion, la couleur du shamrock et des étendues sauvages de l’île d’Éire. Cette même hospitalité conduisit l’auteur de l’ouvrage que nous vous présentons aujourd’hui à héberger Jean-Jacques Rousseau !

En ce jour de Saint Patrick et en hommage à tous les Irlandais du monde, nous vous présentons une très rare thèse médicale soutenue en 1749 par Thomas Fitz-Maurice au sein de la prestigieuse Faculté de médecine de Montpellier, ville où cet irlandais s’était établi afin d’y poursuivre ses études de médecine et où (peut-être séduit par la faible pluviométrie du climat méditerranéen…), il demeura toute sa vie.

Quelques années avant de soutenir cette thèse, M. Fils-de-Maurice avait eut l’honneur d’accueillir et de veiller sur le pauvre Rousseau, venu soigner le polype au coeur dont il se croyait – à tort – atteint. L’histoire ne dit pas si le cas du philosophe servit de base à l’étude sur les similitudes des passions hystériques et hypochondriaques contenue dans l’ouvrage, mais le chapitre portant sur les convulsions narcotiques pourrait ce soir se révéler d’une grande actualité en cas d’excès de bière stout !



 
Actualité
posté par  Benjamin à  16:14 | permalink | commentaires [1]



10 Mar 2017
Seul exemplaire connu ?
A une époque où nos moindres faits et gestes sont épiées par les plus gros ordinateurs de la planète et où nous sommes certainement tous fichés d’une façon ou d’une autre, nous avons l’immense plaisir de vous présenter un oiseau rare, un champion de la discrétion, un phénomène qui a semble-t-il échappé à tous les radars les plus sophistiqués, et peut-être même, aux bibliophiles passionnés que vous êtes !

Figurez-vous que cet ouvrage philosophique sur la Physique par Antoine Chamerlat, professeur de philosophie au Collège de Clermont et contemporain de Blaise Pascal (auquel il est fait référence dans le livre) n’est répertorié dans aucune des bases de données et catalogues que nous avons consultés ! Tout juste si le nom de son auteur apparait dans un obscur recueil de poésies sur le Velay !

Inconnu au bataillon, je vous dis ! Même des Big Brothers Google et Amazon !
Même pas répertorié par le fameux WorldCat, le plus grand catalogue bibliographique du monde !

Vous en connaissez, vous, de pareils inconnus ?


 
Manque à WorldCat
posté par  Benjamin à  15:38 | permalink | commentaires [0]



3 Mar 2017
Didot
Pour inaugurer sur ce blog une série d’articles mettant en lumière les travaux de quelques imprimeurs célèbres, voici un petit volume littéralement FABULEUX !

“ Indispensable dans une collection typographique ” pour certains, ce petit livre de fables écrit par Pierre Didot et imprimé sur papier vélin (dont l’invention venue d’Angleterre venait à peine de débarquer en France), contient notamment la fameuse Epître sur les progrès de l’Imprimerie, sujet sur lequel les divers membres de la dynastie Didot avaient plutôt fait leurs preuves : invention de la presse à un coup, point en tant qu’unité de mesure des forces de corps (le “ point Didot ”), caractères typographique Didone - qui font aujourd’hui encore la couverture des magazines, comme le revue américaine Vogue, par exemple !

Avez-vous un Didot dans votre bibliothèque ? Si non, ce petit volume absolument délicieux en est peut-être l’occasion !




 
Grands Imprimeurs
posté par  Benjamin à  15:59 | permalink | commentaires [0]



24 Fév 2017
Charles de Habsbourg, le 24 février et le chiffre 5
Il est des détails, des coïncidences de l’histoire que l’on ne s’explique pas, mais dont nous savons que, tout comme nous, vous êtes friands !
Nous nous adressons en particulier ici aux bibliophiles passionnés d’astrologie, de numérologie, d’arithmancie… et d’histoire du Siècle d’Or espagnol !
Ce 24 février, 55ème jour de l’année, marque l’anniversaire de Charles de Habsbourg, plus connu sous le nom Charles-Quint, né en l'an 1500.
Celui-ci fut couronné empereur Charles, 5ème du nom, en 1530… le 24 février ! Et que dire du fait qu’il se désista en faveur de son frère cadet Ferdinand en date du…je vous le donne en mille…24 février 1558 !
En l’honneur de cet homme hors de commun, et afin, peut-être, de vous aider à percer les mystères de ces coïncidences pour le moins fascinantes, nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui l’ouvrage De Statu Religionis et Reipublicae, Carolo Quinto Cesare, Commentarij, une biographie de Charles-Quint dans le contexte de la Réforme, par l’historien et diplomate Johannes Sleidanus.

Amis des lettres et des nombres, faites nous part d’autres synchronies et concordances de la sorte !


 
Portraits
posté par  Benjamin à  17:34 | permalink | commentaires [1]



20 Fév 2017
Vous avez dit ?
 
Actualité
posté par  Benjamin à  14:09 | permalink | commentaires [1]



3 Fév 2017
D’Holbach à Madrid ou le retour d’Enigma Bibliographica !
Vous et moi savons bien que la Librairie Comellas est un lieu unique, mais il est vrai que nous ne sommes pas les premiers libraires dont le cœur est partagé entre les deux côtés des Pyrénées…

Pour preuve cet ouvrage publié en 1819 à l’initiative de l’un de nos prédécesseurs, lui aussi tombé amoureux de la péninsule ibérique: une rare édition en espagnol de "La Morale Universelle" du Baron d'Holbach, commanditée par Guillaume Denné, libraire parisien installé à Madrid au début du 19e siècle. Imprimée par le fameux typographe Jean-Baptiste Pinard à… Bordeaux, il s'agit de la contrefaçon d'une traduction initialement parue dans la capitale espagnole à la date de 1812.

Neveu d’un libraire parisien embastillé pour ses publications illégales, notre libraire s'était, lui, spécialisé dans l'importation d'ouvrages français censurés en Espagne. Bien évidemment, la diffusion de l’ouvrage ne fut pas chose facile: le traducteur lésé dénonça l’édition frauduleuse, qui fut condamnée à la destruction, et l'Inquisition espagnole surenchérit en mettant la traduction à l’Index !

On se gardera bien de faire l’apologie des activités frauduleuses du libraire français mais force est de lui reconnaître une belle passion des livres, qui ne connaissait pas plus les frontières que les lois en vigueur!

Les plus fidèles d’entre nos lecteurs se souviendront peut-être des "Enigma Bibliographica" que nous avons publiées il y a déjà bien longtemps, et que nous avons décidé de ressusciter pour vous signaler régulièrement sous la forme d’une "bouteille à la mer", les mystères sur lesquels nous butons parfois... Peut-être pouvez-vous les résoudre ?

En l’occurrence, la publication en Espagne du bréviaire matérialiste de d’Holbach n’a peut-être pas livré tous ses secrets : en effet, pourquoi le vénérable Palau ne fait-il aucune mention de la première édition datée de 1812 (qui est tout sauf rare), et pourquoi cite-t-il notre édition bordelaise comme la première traduction espagnole de ce texte ? Et d’ailleurs, si cette traduction était parue dès 1812, pourquoi faut-il attendre 1821 pour que l’Inquisition se penche sur cette traduction, et la condamne ?


Bibliophiles enquêteurs, savants bibliographes, érudits de tout poil, à vos claviers !



 
Enigma Bibliographica
posté par  Benjamin à  16:54 | permalink | commentaires [0]



27 Jan 2017
"Prochain arrêt: Lesseps !"
Permettez-nous cette semaine d’évoquer l’un de nos plus illustres compatriotes ayant vécu ici à Barcelone, le diplomate et entrepreneur Ferdinand de Lesseps (1805-1894). Si nombre de Barcelonais n’ont peut-être qu’une vague idée de la personnalité de celui qui fut l’un des principaux protagonistes de la mise en œuvre du Canal de Suez, le nom de Lesseps est connu ici de tous ou presque : beaucoup ont transité par la Plaça Lesseps, desservie par un arrêt de métro du même nom, et les plus francophiles connaissent bien sûr la prestigieuse Ecole Française Ferdinand de Lesseps, fondée par l’ancien consul-général de France qui avait gagné le cœur des Barcelonais en oeuvrant en faveur de la ville au moment du soulèvement populaire de 1842.

En 1849, alors au sommet de sa carrière diplomatique, l'émissaire avait été chargé d'une mission de conciliation entre les Républicains au pouvoir à Rome et le Vatican. Finalement désavoué par Napoléon III, dans le contexte tumultueux des Guerres d'unifications de l'Italie, il fut accusé de collusion avec l’ennemi et appelé à comparaitre devant l'Assemblée et le Conseil d'Etat. Ferdinand de Lesseps publia plusieurs écrits, en réponse à ces accusations. Le dernier d’entre eux fut ce rare mémoire dont nous vous proposons un exemplaire de l’édition originale, remarquablement relié à l’époque en veau orné. L’ouvrage constitue en quelque sorte le testament diplomatique de celui qui, profondément blessé par l'injustice dont il s’estimait être victime, mit ensuite un terme à la carrière de diplomate qui lui vaut d’être aujourd’hui encore connu de tous les Barcelonais.




 
Portraits
posté par  Benjamin à  16:25 | permalink | commentaires [0]



20 Jan 2017
D’une investiture à l’autre…
En ce jour où le monde a les yeux rivés sur Washington, et qui est accessoirement l’anniversaire de la naissance du roi Charles III d’Espagne (20 janvier 1716 - 14 décembre 1788), nous avons choisi de vous parler d’une autre investiture.
Nous avons en effet le plaisir de vous présenter un bel exemplaire de El Triumpho Mayor de Alcides (1760), ouvrage du poète grenadin Francisco Scotti Fernández de Córdoba (1704-1770) composé à l’occasion des célébrations d’intronisation du monarque espagnol, et dont l’impression fut confiée au maitre-typographe Joaquín Ibarra.
L’œuvre en question est une pièce de théâtre d’inspiration classique qui met en scène de grandes figures de la mythologie grecque tels Thésée ou les Amazones, et dont l’apothéose est un spectacle de chants et danses à la gloire du roi et de la reine Marie-Amélie de Saxe. Il est intéressant de noter que la louange (loa) liminaire met, elle, en scène des incarnations allégoriques de vertus telles la Loyauté, la Justice, le Courage, le Mérite, la Libéralité, le Génie ou encore la Bonté.
On ne peut que souhaiter que ces vertus accompagnent également la prise de fonction du 45e président des Etats-Unis d’Amérique, pays dont l’indépendance fut facilitée par l’action du même Charles III.



 
Actualité
posté par  Benjamin à  15:13 | permalink | commentaires [0]





page 1 de 31 2 3